La réforme du permis

Les pouvoirs publics ont entendu la grogne des candidats au permis : délais trop longs pour repasser l’examen pratique, coût élevé de la formation…

Les autorités ont décidé de réagir en réformant le système actuel. Si leur initiative peut être saluée, les inspecteurs ont fait récemment comprendre que les nouvelles mesures proposées sont loin de faire l’unanimité.

Des places supplémentaires annoncées pour l’épreuve pratique du permis

L’une des mesures phares du projet de réforme du permis est sans doute, la proposition de faire appel à des centres agréés pour l’examen du Code à partir de l’année prochaine. Il s’agit d’une mesure qui n’aurait pas de conséquences financières pour les candidats, selon les paroles du Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. Le but de cette mesure est de permettre aux inspecteurs de consacrer plus de leur temps à l’épreuve pratique et ainsi de dégager des places supplémentaires pour les candidats au permis. La première conséquence de cette proposition serait de réduire les délais d’attente et de baisser, en second lieu, le coût du permis. L’économie annoncée par le Gouvernement se situerait entre 200€ et 600€ pour les candidats. A titre de rappel, en 2013, ce sont 40% des candidats qui ont repassé une deuxième fois l’examen de la conduite et le délai moyen d’attente était de 3 mois.

Crainte d’une privatisation totale de l’examen du permis

La proposition de faire appel à des centres agréés pour l’examen théorique a fait réagir les inspecteurs qui ont fait grève le 15 septembre dernier. Selon le syndicat professionnel SNICA-FO, 65% des inspecteurs étaient en grève ce jour, avec comme conséquence 8 000 examens qui ont dû être annulés suite à cette forte mobilisation de la profession. Rappelons qu’au mois de juin dernier, la grève contre la réforme du permis a entraîné l’annulation de 10 000 examens.

Pourquoi cette mobilisation des inspecteurs ? Ils estiment que les décharger de l’épreuve théorique ne serait qu’une première étape d’une privatisation totale des examens du permis. Ils sont également contre le raccourcissement de 3 minutes de l’épreuve pratique qui devrait libérer d’autres places supplémentaires. Les syndicats précisent qu’en embauchant quelques 150 inspecteurs supplémentaires, il aurait été possible de remédier au problème des délais. Et puis, plus de places à l’examen riment-t-elles forcément à un taux de réussite plus élevé ?

La conduite accompagnée dès 15 ans

Une autre mesure de la réforme qui peut susciter des interrogations : l'abaissement de l'âge pour la conduite accompagnée.
Les jeunes peuvent désormais choisir de commencer l'apprentissage de la conduite à partir de 15 ans au lieu de 16 ans. Ils doivent parcourir 3000km et peuvent se présenter à l'examen à partir de l'âge de 17 ans et demi.

Reste à savoir si cette mesure renforcera la sécurité routière...

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire